Est-ce une bonne idée de négocier un refinancement hypothécaire si vous perdez votre emploi ?

Est-ce une bonne idée de négocier un refinancement hypothécaire si vous perdez votre emploi ?

La santé de l’économie dicte la réponse à la question : « Comment négocier un refinancement hypothécaire si vous perdez votre emploi ? » Il est beaucoup plus facile d’obtenir un refinancement lors d’un marché en hausse. Bien sûr, les pertes d’emplois sont plus fréquentes en période de marché baissier.

Ceci est un fait : les prêteurs hypothécaires ne veulent pas prêter de l’argent aux personnes sans emploi. Un prêteur privé peut donc être la seule option. Lorsque les temps sont durs, une meilleure question à se poser serait peut-être :  » Qu’est-ce qu’il faut réduire dans le budget pour pouvoir continuer à payer l’hypothèque tout en cherchant un nouvel emploi ? ». L’énergie que vous voulez consacrer à la négociation d’un refinancement peut être mieux orientée vers la recherche d’un emploi.

Envisagez d’autres options

Pendant que vous cherchez un nouvel emploi, il existe probablement des moyens de réduire les autres dépenses de votre budget mensuel. Envisagez de louer au moins une pièce de votre maison pour payer les frais hypothécaires mensuels. Vous pouvez le structurer comme une sous-location mensuelle et prévoir de résilier le bail après avoir retrouvé le plein emploi.

Il s’agit d’une bataille difficile

Ce n’est probablement pas la réponse que vous vouliez entendre à la question : « Comment négocier un refinancement hypothécaire en cas de perte d’emploi ? » 

Dans tout type d’économie, il est difficile de demander un refinancement lorsque vous êtes au chômage. En outre, il est plus difficile qu’auparavant de prétendre à une hypothèque, même pour les employés. Les prêteurs hypothécaires sont en effet beaucoup plus stricts quant à leurs critères d’octroi de prêts en raison des énormes pertes subies en cas de défaillance. 

Sans vouloir remuer le couteau dans la plaie, les taux d’intérêt sont tombés à des creux historiques, ce qui peut être excellent pour les emprunteurs, mais les banques ont du mal à gagner de l’argent sur des prêts à des taux minuscules. Malgré les efforts déployés pour stimuler les prêts, les faibles taux d’intérêt dissuadent les banquiers hypothécaires. Dès que les taux remonteront, et ils le feront probablement une fois que l’économie s’améliorera, les banques prêteront plus d’argent car il leur sera plus facile de réaliser un profit. Au moment où cela se produit, vous aurez sans doute déjà trouvé un autre emploi.

Fournissez des renseignements valides

Les prêteurs hypothécaires ne voient pas le chômage d’un bon œil. Malheureusement, il est impossible de truquer votre statut d’emploi sur une demande de refinancement hypothécaire. Non seulement la plupart des prêteurs n’accordent plus de prêts sans documentation, mais la vérification des faits est devenue la norme. Fournir une partie de chèque de paie de votre ancien emploi ne fonctionnera pas parce que les prêteurs appelleront votre ancien employeur pour confirmer si vous y travaillez réellement. Même si vous avez une indemnité de départ qui couvrira vos dépenses pendant plusieurs mois, les prêteurs découvriront bien assez tôt que vous avez été congédié.

Faites intervenir un cosignataire

Vous avez peut-être une chance de renégocier si vous avez un conjoint ou un partenaire domestique qui travaille. Une alternative à cela serait un cosignataire prêt à vous soutenir sur le refinancement de l’hypothèque. Le meilleur candidat dans ce cas est un autre parent.

Prenez une maison plus petite

Une autre solution de rechange à la recherche d’un refinancement serait de vendre votre maison et d’utiliser le produit de la vente pour louer un logement plus modeste que celui que vous occupez actuellement. Si vous possédez une part importante de la valeur nette de votre maison, le produit de la vente de la propriété vous permettrait peut-être d’acheter un bien immobilier plus modeste. 

Les coûts réels

Il y a beaucoup de bonnes raisons de vous dissuader de chercher un refinancement en ce moment, mais la plus importante est la dépense supplémentaire. Un refinancement hypothécaire peut sembler une option de réduction des coûts en raison de paiements mensuels moins élevés, mais à long terme, vous finirez par payer plus cher pour votre maison après refinancement. Vous payez un nouvel ensemble de frais de clôture lorsque vous refinancez et que la durée de votre prêt hypothécaire s’allonge sur une plus longue période de temps, ce qui ralentit le montant de la valeur nette que vous acquérez dans votre maison. 

Votre prise de participation est également ralentie par le fait que les versements hypothécaires de la première année se font principalement sous forme d’intérêts, plutôt que de capital. La meilleure façon de voir les inconvénients du surcoût généré est de chercher une calculatrice hypothécaire sur le web et de faire les calculs par vous même.

Le refinancement n’est peut-être pas la solution

Les défis de taille que doit relever quiconque souhaitant refinancer son prêt hypothécaire après une perte d’emploi pourraient être une bénédiction déguisée. En effet, le refinancement n’est pas la meilleure solution après une perte d’emploi. C’est une bonne idée d’attendre que vous soyez plus attrayant pour les prêteurs avant de décider d’un éventuel refinancement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.