Quelle est l’utilité des clauses de caducité lors d’un achat de propriété ?

Quelle est l’utilité des clauses de caducité lors d’un achat de propriété ?

L’achat d’une propriété est stressant. Il y a beaucoup d’investissements financiers et émotionnels en jeu et beaucoup de choses qui peuvent mal tourner. Rien que pour cette raison, il est peu probable que vous trouviez un article sur l’immobilier qui ne mentionne pas la nécessité pour les acheteurs de faire des recherches, et celui-ci n’est pas différent. Vous allez trouver ici la clause de caducité, les risques qui y sont associés et comment vous pouvez la faire fonctionner pour vous.

Qu’est-ce qu’une clause de caducité ?

La clause de caducité est une déclaration dans le contrat de vente qui fixe effectivement une limite de temps à la validité du contrat. Si le règlement n’a pas encore eu lieu à la date de fin indiquée dans la clause, les deux parties sont légalement autorisées à se retirer du contrat. Dans un tel scénario, l’acheteur recevrait son acompte en entier.


Les clauses de caducité sont généralement incluses dans les contrats de vente pour les propriétés hors plan.

Quand est-elle utilisée ?

La clause de caducité est généralement utilisée dans l’une des deux situations suivantes.

Tout d’abord, elle est systématiquement incluse dans les échanges de propriétés hors plan. Dans ce contexte, la clause stipule la date à laquelle le promoteur doit terminer le projet et stipule également que, si la propriété n’est pas terminée à cette date, l’acheteur est légalement autorisé à résilier le contrat et à récupérer son acompte. en entier. Généralement, le projet est terminé bien avant la date indiquée dans la clause, les promoteurs exagérant le délai requis afin de permettre des retards causés par des conditions météorologiques défavorables ou un manque de financement.

Deuxièmement, une clause d’extinction est souvent utilisée lorsqu’un acheteur subordonne l’achat d’une propriété à la vente de sa maison actuelle. Lorsqu’un acheteur fait une telle offre, le vendeur choisit souvent d’insérer une clause d’extinction dans le contrat de vente afin de pouvoir se retirer de la transaction si l’acheteur ne vendait pas sa maison actuelle dans le délai indiqué dans la clause d’extinction. Dans ce contexte, une clause de caducité protège le vendeur en lui offrant un moyen de retour sur le marché si l’acheteur met trop de temps à régler ses affaires.

Quels sont les risques ?

Ces dernières années, les promoteurs ont délibérément dépassé le délai indiqué dans la clause d’extinction afin de pouvoir résilier le contrat et tenter de revendre l’appartement à un prix plus élevé.

Tandis que l’acheteur récupère son dépôt, il est obligé de payer davantage pour la même propriété ou de chercher une autre propriété ailleurs. Le problème est que les prix auront probablement augmenté depuis que l’acheteur a tout d’abord conclu un accord avec le promoteur. Cela se produit sur un marché porteur, lorsque les promoteurs veulent tirer parti de la hausse des prix de l’immobilier.

Il y a quelques années, en réponse à un abus généralisé de la clause d’extinction, un gouvernement en Europe a annoncé qu’il adopterait une nouvelle législation obligeant les promoteurs à obtenir le consentement écrit de l’acheteur ou de la Cour suprême s’ils souhaitaient mettre fin au contrat lorsque le projet a été retardé. Et peu après, un autre gouvernement a suivi cette démarche, bien que cette loi ne soit pas encore entrée en vigueur.


Les vendeurs utilisent également des clauses de temporisation lorsque l’acheteur soumet son offre à la vente d’une autre maison.

Comment utiliser à votre avantage une clause de caducité ?

Malgré les controverses récentes, une clause de caducité ne constitue pas toujours une mauvaise nouvelle. Pourvu que les petits caractères jouent en votre faveur autant que ceux du promoteur, la clause est une carte précieuse que vous pouvez sortir de votre poche lorsque les délais ne sont pas respectés.

Tout d’abord, vous devez faire preuve de diligence raisonnable à l’égard du promoteur avant de signer un contrat de vente. Demandez-leur des preuves de projets antérieurs, contactez des personnes qui ont déjà acheté des appartements chez eux et vérifiez si les médias ont signalé un comportement répréhensible. Il vaut également la peine de visiter des sites qu’ils ont construits dans le passé, rien que pour évaluer la qualité de leur travail.

Une fois que vous avez compris la crédibilité du promoteur, concentrez-vous sur le bâtiment spécifique dans lequel vous souhaitez acquérir un appartement. Si la construction est déjà en cours, vérifiez si elle fonctionne dans les délais ou si elle n’est pas encore commencé, vérifiez si le projet a reçu tous les permis et autorisations de construction nécessaires. Leur obtention peut prendre beaucoup de temps. Par conséquent, si le projet n’est pas encore en règle, il est probablement préférable de se tenir à l’écart.

Ensuite, en prenant en compte la taille et l’avancement actuel de la construction, et en utilisant des projets antérieurs similaires comme baromètre, essayez de déterminer la durée du projet. Gardant à l’esprit qu’un projet peut prendre jusqu’à 36 mois, négociez avec le promoteur une clause de caducité raisonnable minimisant les chances que le projet dépasse la date de fin du projet.

Enfin, demandez à un convoyeur ou à un avocat de vérifier le contrat avant de le signer. Même si la clause de caducité semble raisonnable, il y a de fortes chances que vous ayez oublié quelque chose d’important.

La recherche est la clé

Comme pour tout ce qui a trait à l’achat de votre nouvelle propriété, vous devez faire vos devoirs. Faites vos recherches sur le promoteur et assurez-vous qu’il a une bonne réputation et que vous pouvez le faire confiance.

Il est important que les acheteurs aient confiance en ce qu’ils achètent et en la sécurité du contrat. Après tout, peu d’achats sont plus importants que l’achat d’une maison.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.